GreenFaith se félicite de l’opposition du Parlement européen à l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est

September 23, 2022
Des activistes religieux de base en Ouganda, en Tanzanie et en France expriment leur soutien

GreenFaith s’est félicité de l’annonce récente d’une résolution d’urgence du Parlement européen exprimant de graves inquiétudes quant aux impacts du projet d’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP).

” L’EACOP a déplacé des dizaines de familles dans ma région et aucune d’entre elles n’a reçu de compensation à la hauteur de ses pertes et de ses souffrances “, a déclaré Edwin Mumbere, un militant de base de GreenFaith en Ouganda. “Le changement climatique va déplacer un plus grand nombre d’entre nous à l’avenir. Je suis heureux que l’UE demande enfin des comptes à ceux qui en sont responsables.” Des recherches ont montré qu’au moins 100 000 personnes risquent d’être déplacées en raison du projet.

La codirectrice de l’organisation mondiale de GreenFaith, Meryne Warah, a déclaré que l’action du Parlement était une affirmation des préoccupations en matière de climat et de droits de l’homme des personnes de foi de la base le long du tracé du gazoduc en Tanzanie et en Ouganda. Le Dr Martin Kopp, qui a organisé l’opposition multireligieuse de GreenFaith à l’EACOP en France, notamment par le biais de manifestations pacifiques au siège de TotalEnergies à Paris, a fait remarquer que des organismes scientifiques internationaux largement respectés et l’Agence internationale de l’énergie avaient reconnu à plusieurs reprises que les nouveaux projets de combustibles fossiles étaient incompatibles avec la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris.

GreenFaith a également exprimé sa déception face à la réponse des gouvernements ougandais et tanzanien qui ont critiqué la résolution de l’UE. “Le pétrole transporté par l’oléoduc proposé créerait des émissions de gaz à effet de serre plusieurs fois supérieures au total combiné de la Tanzanie et de l’Ouganda, alors que la quasi-totalité de ce pétrole serait exporté”, a déclaré Mme Warah, ajoutant : “Ce projet aggravera la vie de tous les jours des Africains de l’Est, remplira les poches de certaines élites et dégradera le bien-être du peuple de Dieu et de la planète. C’est une erreur.”

La pression s’est accrue sur les parties prenantes telles que TotalEnergies (avec 62 % des parts), Uganda National Oil (15 %), Tanzania Petroleum Development Corp (15 %), et China National Offshore Oil Corporation (8 %) pour mettre fin à l’EACOP et investir plutôt dans l’accès universel à une énergie renouvelable et abordable pour tous les Ougandais et Tanzaniens, et pour protéger la biodiversité le long de la route proposée pour ce qui serait le projet d’oléoduc chauffé le plus long du monde.

Mercredi, le Parlement européen a souligné que de plus en plus d’éléments indiquent que les droits des propriétaires fonciers locaux en Afrique de l’Est sont violés alors que les entreprises amassent les terres nécessaires au projet de 1 443 kilomètres. Faisant écho aux préoccupations exprimées depuis longtemps par la coalition StopEACOP, dont GreenFaith est membre, l’UE a déclaré qu’elle était préoccupée par “les violations des droits de l’homme en Ouganda et en Tanzanie liées aux investissements dans des projets de combustibles fossiles, notamment l’emprisonnement injustifié de défenseurs des droits de l’homme, la suspension arbitraire d’ONG, les peines de prison arbitraires et l’expulsion de centaines de personnes de leurs terres sans compensation équitable et adéquate”.

La résolution du Parlement européen, qui appelle les gouvernements ougandais et tanzanien à garantir le respect des droits de l’homme, est un coup de pouce pour les militants, a déclaré Baraka Lenga, un dirigeant de GreenFaith en Tanzanie. “Il s’agit d’une étape importante sur le plan moral pour tous les partenaires qui ont travaillé sans relâche pour mettre un terme à l’EACP et à l’exploitation des ressources naturelles. Les personnes affectées par le projet dont les droits ont été violés et qui ont été intimidées pour les contraindre à garder le silence sur les injustices causées par l’investissement de TotalEnergies dans l’industrie des combustibles fossiles dans cette région”.

Les efforts de GreenFaith et d’autres partenaires religieux en Afrique de l’Est et en France pour bloquer l’EACOP ont consisté à éduquer des personnes de diverses confessions sur les dangers posés par le projet, à organiser des manifestations publiques pacifiques et à mettre en évidence l’intimidation des opposants à l’EACOP, notamment des journalistes et des militants des droits. Plusieurs actions de GreenFaith ont fait l’objet de harcèlement policier, bien que les organisateurs aient obtenu toutes les autorisations légales.

Malgré ces défis, GreenFaith constate une sensibilisation et une opposition croissantes des groupes religieux à l’EACOP en France, en Afrique de l’Est et dans le monde.

En octobre, pendant le mois d’action climatique “Faiths for Climate Justice”, les cercles de base de GreenFaith en France et en Afrique de l’Est organiseront des actions publiques pour démontrer l’opposition religieuse croissante à l’EACOP. “Nous persévérerons jusqu’à ce que TotalEnergies mette fin à sa folie destructrice”, a déclaré Lenga, militant de base. “Nous sommes déterminés.”


À propos de GreenFaith


GreenFaith est une organisation environnementale internationale et interconfessionnelle dont la mission est d’inspirer, de former et d’organiser des personnes de diverses origines religieuses et spirituelles dans le monde entier en vue d’une action environnementale.

Fondée en 1992, elle compte parmi les plus anciennes associations religieuses et environnementales du monde. Elle travaille dans les domaines de l’éducation et de la formation, de l’organisation locale et des campagnes. GreenFaith a joué un rôle de premier plan dans les plus grandes mobilisations mondiales sur le changement climatique et dans le mouvement de désinvestissement des combustibles fossiles.

GreenFaith a organisé des campagnes mondiales multiconfessionnelles à l’approche des négociations climatiques de Paris (COP21) et est cofondateur d’une campagne visant à accélérer les investissements dans le développement des énergies renouvelables dans les régions du monde qui n’ont pas accès aux formes modernes d’énergie.

L’organisation a lancé GreenFaith International à l’approche de la COP26, avec des affiliés dans 14 pays en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique, en Asie, en Australie-Pacifique et en Europe.

Par le biais de ses cercles de base et en collaboration avec des organisations partenaires, GreenFaith a continué à amplifier la voix des chefs religieux en exigeant la justice climatique des autorités et des gouvernements par le biais d’une campagne baptisée Faiths For Climate Justice (F4CJ).

Pour plus d’informations, veuillez contacter
info@greenfaith.org
,
lynet@greenfaith.org
ou
rose@greenfaith.org

Dix membres de GreenFaith intimidés
Dix membres de GreenFaith intimidés

GreenFaith existe dans divers pays, y compris en Tanzanie, où passerait l'oléoduc géant que TotalEnergies veut construire au mépris de toutes les normes éthiques. Dix membres engagés de GreenFaith, originaires des villages de Golimba et Diloda, dans le district...

read more
Jeûne interreligieux contre EACOP
Jeûne interreligieux contre EACOP

REJOINS-NOUS POUR UNE ACTION INTERRELIGIEUSE DE SOLIDARITÉ : À l’occasion de l’Assemblée générale de TotalEnergies, le vendredi 24 mai, nous, croyant·es, méditant·es et personnes spirituelles, nous mobilisons pour réclamer l'arrêt immédiat du projet d'oléoduc géant...

read more
Veillée interreligieuse – 100 ans de Total
Veillée interreligieuse – 100 ans de Total

Le weekend des 23-24 mars prochains, ensemble avec Lutte & Contemplation et le Mouvement Laudato Si', nous tiendrons des veillées interreligieuses à Paris et partout en France. Tandis que TotalEnergies fêtera ses 100 ans d'existence, nous ferons mémoire des...

read more