Les communautés religieuses africaines à la Fondation Gates : “L’agriculture industrielle n’est pas une solution pour l’Afrique”

August 18, 2021

500 chefs religieux africains signent une lettre, mais ne reçoivent aucune réponse

Un site lettre ouverte à la Fondation Bill et Melinda Gates signée par près de 500 chefs religieux à travers l’Afrique et organisée et envoyée par l’Institut des communautés religieuses d’Afrique australe (SAFCEI) souligne que le soutien de la Fondation à une approche d’agriculture industrielle reposant sur la monoculture et les intrants chimiques toxiques intensifs tout en déplaçant les petits exploitants agricoles sera désastreux pour le continent. La lettre a été rendue publique lors d’un événement de presse organisé le 4 août avec des intervenants de toute l’Afrique australe.

Francesca de Gasparis, directrice générale de SAFCEI, a déclaré : ” En plus d’endommager les écosystèmes, de menacer les moyens de subsistance locaux et d’accroître les vulnérabilités climatiques, la monoculture ignore et sape les petits exploitants agricoles, dont les efforts favorisent la production alimentaire durable et protègent l’environnement. Les agriculteurs africains ont besoin de solutions communautaires qui augmentent la résilience climatique, plutôt que des systèmes agricoles industriels descendants axés sur le profit que la Fondation Gates soutient.”

Selon SAFCEI et d’autres experts, la Fondation Gates promeut un modèle d’entreprise extractif fortement dépendant des combustibles fossiles et des intrants chimiques, réduisant les agriculteurs locaux à rien de plus que des “usines alimentaires” valorisées uniquement pour leur production destinée aux marchés étrangers.

Deux mois après l’envoi de la lettre, les chefs religieux d’Afrique n’ont toujours pas reçu de réponse ou d’accusé de réception de la part de la Fondation Gates.

Privatisation des semences

L’un des aspects problématiques de l’approche de la Fondation Gates est que les variétés de cultures locales qui dépendent des banques de semences communales existantes et qui sont cultivées depuis des générations sont remplacées par des variétés commerciales importées, développées pour les marchés industriels de l’alimentation animale et de la transformation. Cela menace les variétés locales que les agriculteurs et les consommateurs africains préfèrent, ce qui a un impact sur l’accessibilité des aliments, la nutrition locale et les pratiques culinaires culturelles.

La Fondation s’efforce également de restructurer les lois sur les semences en Afrique, qui protègent les variétés des entreprises mais criminalisent les semences non certifiées. Cette situation est particulièrement problématique pour les petits exploitants agricoles d’Afrique, qui nourrissent leurs familles et leurs communautés grâce à des semences partagées entre des millions de petits exploitants qui recyclent et échangent leurs semences chaque année, constituant ainsi une “banque de connaissances à code source ouvert” qui ne coûte rien ou presque, mais possède toute la valeur nutritionnelle nécessaire à la survie de ces communautés.

De Gasparis a déclaré : “Lorsqu’une seule culture de rente est cultivée année après année, sans rotation, elle devient vulnérable aux parasites et aux maladies, la fertilité du sol est détruite et la riche biodiversité et le capital génétique des systèmes alimentaires africains sont réduits. Les expériences menées dans le monde entier apportent des preuves supplémentaires que la monoculture industrielle laissera les communautés africaines dans une situation pire et encore plus dépendantes de l’aide étrangère, pas moins.”

Impératif moral : Soutenir les agriculteurs locaux

Le coordinateur de la justice climatique de SAFCEI, Gabriel Manyangadze, a ajouté : ” La Fondation Gates mise tout sur les solutions technologiques sans chercher à aborder la moralité et l’économie politique en jeu, ce qui conduit à une domination des multinationales sur les systèmes de production alimentaire dirigés par les Africains. Dans le refus de la Fondation d’écouter, nous voyons une confiance en soi arrogante et une mentalité colonialiste de “sauveur blanc” dont l’Afrique n’a ni besoin ni envie. C’est pourquoi des centaines de chefs religieux d’Afrique ont demandé à la Fondation de repenser son approche.

La lettre appelle à investir et à soutenir les petits agriculteurs du monde entier qui travaillent à la mise en place de systèmes alimentaires alternatifs, socialement justes et écologiquement durables. La Fondation Gates et les gouvernements devraient, selon la lettre, user de leur influence pour faire en sorte que les petits exploitants agricoles aient un réel intérêt dans les négociations politiques portant sur des questions telles que la réforme agraire et qu’ils conservent la maîtrise de leur propre situation dans un souci d’autodétermination.

“Beaucoup de ces mêmes questions étaient en jeu lors des manifestations d’agriculteurs en Inde. Partout dans le monde, les entreprises agroalimentaires tentent de convaincre les gouvernements et les institutions financières qu’elles détiennent la réponse aux problèmes de la faim dans le monde. Cela ne fonctionne jamais de manière équitable pour les petits agriculteurs qui demeurent la force vitale d’une grande partie de l’Afrique”, a noté M. Manyangadze.

Les agriculteurs et les dirigeants religieux ensemble

Plusieurs agriculteurs africains ont également pris la parole lors de cet appel. Busisiwe Mgangxela, un agriculteur agroécologique de la province du Cap-Oriental en Afrique du Sud – a déclaré : “Nous avons besoin d’une approche de l’agriculture qui protège l’écologie, la génétique et la biodiversité, ainsi que la durabilité en intégrant les principes de l’agriculture biologique. L’agriculture doit préserver les ressources naturelles et protéger la santé des personnes. L’industrialisation de l’agriculture prive les sols des nutriments qui permettent de produire de bonnes récoltes.”

Celestine Otieno, un agriculteur kenyan pratiquant la permaculture, a déclaré : “Les agriculteurs de ma région se méfient de plus en plus des programmes qui encouragent la monoculture et l’agriculture intensive en produits chimiques. Nous perdons le contrôle des semences et des systèmes agricoles indigènes et sommes pris en otage dans nos propres exploitations. La Fondation Gates fait pression pour développer l’agriculture industrielle. Ma question : l’industrialisation de l’agriculture conduit-elle à la sécurité alimentaire ou à l’esclavage alimentaire ?”

Le révérend Wellington Sibanda, pasteur dans une région rurale d’Afrique du Sud, ajoute : “Les églises que je sers se trouvent dans des communautés rurales. Nos fidèles survivent comme travailleurs agricoles saisonniers ou comme agriculteurs de subsistance. Nos églises sont soutenues par la sueur de ces communautés appauvries, qui sont éloignées des marchés industrialisés des villes.”

“Sous l’impérialisme économique que soutient la Fondation Gates, la quasi-totalité des cultures et des biens produits dans cette région sont sous le contrôle de multinationales. Immédiatement après avoir été extraits du ventre de la Terre, ils sont exportés vers les marchés régionaux et étrangers. Cela affecte les moyens de subsistance des communautés locales et des habitants de toute l’Afrique australe.”

Des chefs religieux du monde entier ont également soutenu la lettre. Le Rév. Fletcher Harper, directeur de l’ONG internationale multiconfessionnelle GreenFaith, a été direct : “Le projet consistant à déplacer des millions de petits exploitants agricoles, à utiliser une approche industrielle de la monoculture, à recouvrir les sols et les réserves d’eau de produits chimiques toxiques et à concentrer la propriété des moyens de production et des terres entre les mains d’une petite élite est une vision immorale et dangereuse qui doit être arrêtée.”

Des ONG spécialisées dans l’agroécologie et le soutien aux petits agriculteurs par le biais de la recherche et de la défense des politiques ont également offert leur soutien à la lettre. Ange David de GRAIN en Côte d’Ivoire a déclaré : “Au Ghana, les gens se battent contre les politiques agro-colonialistes poussées par des institutions comme l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). Nous devons faire pression sur l’AGRA et la Fondation Gates pour qu’elles cessent de modifier les politiques gouvernementales en matière de semences au profit des entreprises.”

Anne Maina de BIBA Kenya a également partagé sa critique. “La fertilité des sols en Afrique diminue en raison de l’utilisation accrue d’engrais. Les lois punitives sur les semences marginalisent les agriculteurs. Lorsque nous demandons des preuves des impacts positifs, l’AGRA ne veut et ne peut pas les fournir. L’agroécologie est une approche plus juste et plus durable, c’est pourquoi nous faisons pression en sa faveur.”

De Gasparis a conclu : “Nous continuerons à travailler avec les communautés religieuses de toute l’Afrique australe pour faire pression sur la Fondation Gates et les gouvernements afin qu’ils soutiennent des politiques qui répondent aux besoins des communautés et de l’environnement, et non des multinationales. L’avenir du continent, de ses habitants et du climat est en jeu. Les chefs religieux d’Afrique connaissent leurs communautés et leur voix doit être entendue.”

Dix membres de GreenFaith intimidés
Dix membres de GreenFaith intimidés

GreenFaith existe dans divers pays, y compris en Tanzanie, où passerait l'oléoduc géant que TotalEnergies veut construire au mépris de toutes les normes éthiques. Dix membres engagés de GreenFaith, originaires des villages de Golimba et Diloda, dans le district...

read more
Jeûne interreligieux contre EACOP
Jeûne interreligieux contre EACOP

REJOINS-NOUS POUR UNE ACTION INTERRELIGIEUSE DE SOLIDARITÉ : À l’occasion de l’Assemblée générale de TotalEnergies, le vendredi 24 mai, nous, croyant·es, méditant·es et personnes spirituelles, nous mobilisons pour réclamer l'arrêt immédiat du projet d'oléoduc géant...

read more
Veillée interreligieuse – 100 ans de Total
Veillée interreligieuse – 100 ans de Total

Le weekend des 23-24 mars prochains, ensemble avec Lutte & Contemplation et le Mouvement Laudato Si', nous tiendrons des veillées interreligieuses à Paris et partout en France. Tandis que TotalEnergies fêtera ses 100 ans d'existence, nous ferons mémoire des...

read more